Help

jakob-lorber.cc

8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 Résultats 220 - 240 de 43494

[MDD 1.14.5] Et, des légers nuages saturés de bénédiction, une voix douce parla au pieux Abel : "Abel, toi mon fils bien-aimé devenu libre, agite l'épée de la main gauche au-dessus des endormis et éveille-les au repentir et au désir d'améliorer leur conduite envers Moi à l'avenir. Sois pour eux un véritable modèle de Celui qui, un jour, viendra dans le grand temps des temps ; dis-leur que jusque-là, personne ne sera jamais plus libre de la loi et qu'ils seront tenus prisonniers des commandements jusqu'à ce moment là et même encore plus tard s'ils ne veulent pas participer à la nouvelle naissance à travers le Fils, Lequel sera le chemin, la lumière, la vérité et la Vie éternelle, car Il est l'unique triomphateur de la mort.

[MDD 1.14.6] Toi, tu es libre et seras bientôt accueilli comme un ange de lumière, après que l'image de Celui qui doit venir sera complètement terminée ; et cette image, tu ne pourras la comprendre et t'en rendre digne que par ton humilité grandissante, ton amour et ta grande piété, malgré toutes les persécutions et les mauvais traitements que tu auras à subir de la part de tes frères et sœurs pour la glorification de Mon nom."

[MDD 1.14.7] Et vois : plein de force, Abel s'éleva puissamment de la terre et plana dans les airs au-dessus de celle-ci, en signe de véritable liberté ; puis il fit ce qui lui était commandé.

[MDD 1.14.8] Alors, de nouvelles forces de vie s'écoulèrent dans les endormis ; ils se réveillèrent promptement, se levèrent et regardèrent de tous côtés, saisis d'un profond émerveillement à la vue de la transformation du désert et voulurent pousser des cris de joie ; mais Adam se leva, avec Eve à ses côtés, et dit à ses enfants :

[MDD 1.14.9] "Enfants, ne criez pas de joie et ne vous réjouissez pas trop tôt ! Pleurez plutôt et repentez-vous d'abord avec moi et votre mère de notre grande faute. Considérez tout ce que nous avons perdu ! Il ne s'agit pas du Paradis terrestre dans toute l'abondance de ses biens, car, comme vous le voyez, dans Son infinie miséricorde, le Seigneur nous a tant redonné que nous pourrions facilement oublier la perte de ces exubérantes richesses en voyant les nouvelles preuves de Son incommensurable amour. Mais regardez les animaux se hâtant dans les airs, et ceux de la terre ferme, regardez l'herbe, les plantes, les buissons, tous les arbustes et les grands arbres, ainsi que les vents qui souillent ! Interrogez-les tous, et voyez si vous en obtenez une quelconque réponse !

[MDD 1.14.10] Je l'ai fait dès mon réveil et me suis convaincu que toutes ces choses sont devenues muettes pour moi et qu'elles ne comprennent pas le son de ma voix. Le gazouillement des oiseaux, le hurlement des bêtes, le murmure des sources et des ruisseaux, le bruissement de l'herbe, des plantes, des buissons, de tous les arbustes et de tous les arbres ont bien pénétré à mes oreilles ; mais je n'ai rien compris à tout cela et en ai été et en reste encore très effrayé !

[MDD 1.14.11] Voyez : je ne m'effraie pas que cette compréhension m'ait été ôtée, mais bien plutôt de l'immense perte de la grâce venant du Père très saint de toutes les créatures !

[MDD 1.14.12] Car sachez bien que tout ce que j'ai perdu, vous l'avez perdu également, vu que vous avez péché à cause de moi et avec moi, à l'exception d'un seul, que je ne suis plus digne de nommer mon fils ; lui seul est resté dans la puissance et la force de l'abondance de la grâce et de la bénédiction, pur et juste devant les yeux du très saint et très bon Père, et devant Son amour et Son Esprit.

[MDD 1.14.13] Et celui-là, c'est mon bien-aimé Abel, que le Seigneur, dans Sa justice, nous a également ôté, car mes yeux ne l'aperçoivent nulle part, et cela certainement afin que nous tous puissions nous rendre compte de ce que cela veut dire d'être privés de la grâce de l'amour éternel, et de tomber sous la sévère justice du Seigneur par le péché de légèreté et de désobéissance envers la loi si douce de l'amour, et les commandements si faciles de la grâce.

[MDD 1.14.14] O enfants ! Prenez à cœur tout ce que je viens de vous dire et assurez-vous vous-mêmes du bien-fondé de mes paroles ; jugez vous-mêmes si le moment est venu pour nous de pleurer et de nous affliger par un grand repentir, ou s'il existe encore quelque chose qui puisse réjouir nos cœurs !

[MDD 1.14.16] Voyez : c'est la seule chose que le Seigneur nous ait laissée : les larmes de repentir, et les pleurs de l'affliction ! Remercions-Le du plus profond de notre cœur de ce don !

[MDD 1.14.17] Oh, soyons heureux que le Seigneur nous ait encore comblés de la sorte ! Que ferions-nous sans cette grâce ?

[MDD 1.14.18] C'est pourquoi, tombons à terre, dans le sentiment de notre totale dépravation ; pleurons, et laissons libre cours à notre tristesse jusqu'à ce que toutes nos larmes soient taries et que nous ayons rendu au Seigneur tout ce qui Lui appartient, et dont nous sommes totalement indignes, - et jusqu'à ce qu'Il fasse de nous ce que demande Sa très sainte justice qui est et a toujours été Sa volonté sainte et parfaite !

[MDD 1.14.19] Et vois : Adam tomba à terre avec tous les siens et fit ce qu'il avait discerné à travers la minime part de grâce qui lui était encore accordée par la silencieuse et secrète compassion de l'Amour éternel dans le Père ; il pleura et se lamenta amèrement avec tous les siens, à l'exception de Caïn. A vrai dire, celui-ci s'était bien laissé tomber à terre, mais son œil resta sec, et il fut fâché de ne pouvoir pleurer comme les autres, ce qui fit qu'il se leva et s'en alla. Alors qu'il marchait devant lui en fixant le sol verdoyant, il remarqua tout à coup un serpent qui rampait à ses pieds ; il se baissa et le saisit, le déchira en morceaux et, pris de colère et de fureur, consomma sa chair et se rendit semblable au serpent.

[MDD 1.15.5] Pourquoi devrais-je expier une faute dans laquelle je n'ai jamais trempé, vu que je suis seulement le fruit du péché, et non la cause de celui-ci ? - J'ai été privé de bénédiction pour cette raison, alors qu'elle vous est donnée à tous en abondance ; pourquoi devais-je me traîner péniblement, marqué par la malédiction imméritée de Jéhovah, alors que vous sautiez tous comme des cerfs ?

[MDD 1.15.6] Maintenant, vois la raison de mon acte : le serpent qui était dans l'herbe m'a parlé, disant : "Mange-moi, rassasie-toi de ma chair et étanche ta soif avec mon sang ; alors, tu deviendras un seigneur de la terre, et tous tes descendants régneront sur elle, et leur force et leur puissance seront plus grandes que celles de tous ceux qui furent bénis. Moi, je ne te donne aucun commandement, mais au contraire la puissance nécessaire pour régner et la force pour les assujettir tous !"

[MDD 1.15.7] Et vois : le serpent continua, disant: "Ma chair anéantira ton injuste faute devant Dieu, et mon sang te donnera une nouvelle entité sans tache, nantie de toute puissance et de toute force." - Ici, le serpent se tut, et je le saisis, le réduisis en morceaux et le mangeai comme tu viens de le voir !"

[MDD 1.15.8] Vois : à cet instant, Abel fut élevé dans les airs et brandit l'épée de la justice dans sa main droite au-dessus de la tête de Caïn ; et les yeux de Caïn se dessillèrent : il vit son grand tort, car il avait accusé Dieu et ses parents, et se rendit compte également de toute la faute qu'il portait en lui ; ainsi, il put contempler l'impénétrable chemin de l'amour éternel en sa sagesse secrète et illimitée ; enfin, il eut conscience qu'il était lui-même le véritable serpent séducteur, lequel, par la compassion illimitée de l'amour éternel, était devenu être humain à travers lui, - afin qu'il puisse, dans sa faiblesse provisoire et privée de bénédiction, devenir conscient de cette faiblesse en passant par une rude épreuve, et qu'une fois cette faiblesse reconnue, il se décide enfin, dans la totale liberté de son être, de s'adresser au Seigneur de toute puissance et de toute force, pour obtenir la bénédiction au même titre que ceux qui en bénéficient déjà, et d'être par cela repris par la grâce infinie de l'Amour miséricordieux dans toute la plénitude de Sa puissance et de Sa force.

[MDD 1.15.9] Et Caïn vit que le serpent qu'il venait de manger était lui-même, dans ce qu'il y avait encore de mauvais en lui ; il se rendit compte que c'était uniquement par sa colère qu'il l'avait fait apparaître sur la terre dans son entité première, et que les paroles du serpent étaient les siennes propres sorties des tréfonds de son être originel tel qu'il était avant toute création du monde visible de la matière.

[MDD 1.15.11] *** Translation missing ***

8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 Bureau Mentions légales