Help

jakob-lorber.cc

La maison de Dieu

[1.14.1] Vois : Abel tomba à genoux, éperdu de joie devant l'immense grâce d'En-haut et dit : "O Toi, Père bien-aimé, très grand, très saint et très bon, vois ici devant Toi Ton humble serviteur dans la poussière et le sentiment de sa plus profonde indignité face à Toi, le Tout-Puissant, le Tout-miséricordieux ; vois-le tourner son regard depuis tout en bas vers les plus grandes hauteurs qui sont les Tiennes, et entends les supplications d'un enfant qui demande grâce pour ses faibles parents et tous ses frères et sœurs; ne me reprends pas la force dont Tu m'as fait le cadeau si précieux, et laisse-la dans Ta bonté s'écouler sur eux avec la puissance nécessaire, pour la rémission des péchés et le retour à la vie qui vient de Toi !

[1.14.2] Et fasse Ta miséricorde que cette région soit transformée selon Ton bon plaisir, afin qu'elle devienne fertile, que les faibles y trouvent de quoi fortifier leurs membres et puissent apaiser leur soif brûlante à une source d'eau fraîche où boiront aussi les animaux aptes à les aider et obéissant à leur volonté.

[1.14.3] O Toi, grand, très saint et très bon Père, exauce mon humble prière, afin que Ton saint nom soit glorifié dans le cœur des repentants !"

[1.14.4] A présent, écoute bien ce qui arriva dès que le pieux Abel eut achevé sa prière, qui Me fut agréable : vois, un vent rafraîchissant se mit à souffler sur le désert aride ; de clairs nuages voilèrent l'horizon et il commença à pleuvoir sur tout le désert ; avec la forte pluie de Jéhovah, des graines de semences de toutes sortes tombèrent en abondance, et l'eau traça de petits sillons dans le sable inculte. Et, en un instant, le vaste désert devint vert, couvert d'herbes, de plantes, de buissons et d'arbres de mille sortes ; et à l'endroit où le pieux Abel s'était agenouillé, Me priant en esprit et en vérité, poussa un grand arbre montant presque jusqu'aux nuages, avec de belles branches et de larges feuilles, couvert de fruits agréables au goût sucré ; il lui fut donné le nom de "Bahahania" (ce qui veut dire "Réconfort et consolation des faibles", connu chez vous actuellement sous le nom d'arbre à pain).

[1.14.5] Et, des légers nuages saturés de bénédiction, une voix douce parla au pieux Abel : "Abel, toi mon fils bien-aimé devenu libre, agite l'épée de la main gauche au-dessus des endormis et éveille-les au repentir et au désir d'améliorer leur conduite envers Moi à l'avenir. Sois pour eux un véritable modèle de Celui qui, un jour, viendra dans le grand temps des temps ; dis-leur que jusque-là, personne ne sera jamais plus libre de la loi et qu'ils seront tenus prisonniers des commandements jusqu'à ce moment là et même encore plus tard s'ils ne veulent pas participer à la nouvelle naissance à travers le Fils, Lequel sera le chemin, la lumière, la vérité et la Vie éternelle, car Il est l'unique triomphateur de la mort.

[1.14.6] Toi, tu es libre et seras bientôt accueilli comme un ange de lumière, après que l'image de Celui qui doit venir sera complètement terminée ; et cette image, tu ne pourras la comprendre et t'en rendre digne que par ton humilité grandissante, ton amour et ta grande piété, malgré toutes les persécutions et les mauvais traitements que tu auras à subir de la part de tes frères et sœurs pour la glorification de Mon nom."

[1.14.7] Et vois : plein de force, Abel s'éleva puissamment de la terre et plana dans les airs au-dessus de celle-ci, en signe de véritable liberté ; puis il fit ce qui lui était commandé.

Bureau Mentions légales