Help

jakob-lorber.cc

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Résultats 40 - 60 de 14060

[MDD 1.5.36] Cet amour portera beaucoup de fruits, prendra son essor jusqu'à la lumière de la grâce et contemplera sans jamais se détourner les immenses profondeurs de la Divinité, tels les pôles qui regardent au-dehors, à travers l'espace infini des créations de l'Amour et absorbent en eux, les yeux grand ouverts, les doux rayons émanant de l'immensité de tous les espaces infinis où tournent, innombrables, et chacun à sa manière, les êtres de la compassion. D'émerveillement et de délices dans leur amour envers l'Amour, ils s'enflamment et, tel un soleil s'éclairant lui-même, deviennent semblables à la lumière des pôles de la terre.

[MDD 1.5.37] C'est pourquoi, celui qui reste ferme au centre de l'amour de la connaissance, - ce qui est la Grâce - aura les reins brûlants d'amour envers Dieu, comme la ceinture de la terre, et ses yeux luiront comme les pôles devant la connaissance. Et ses bras se mettront en mouvement, comme les rivières, les ruisseaux et les sources ; ses actes s'écouleront vers les océans de la compassion divine, qui sont salés par la grâce et la connaissance de l'Amour éternel et de la Vie éternelle.

[MDD 1.6.1] Détourne maintenant ton regard de la terre et lève-le vers le soleil, lequel est une fidèle image de ceux qui sont nouvellement nés. Regarde-le avec attention, et tu remarqueras bientôt que des taches se trouvent parfois à sa ceinture. Vois : ce sont comme vous le dites des explosions de l'intérieur vers l'extérieur du soleil, semblables aux jets de feu de la terre ; elles proviennent des éruptions de la colère de la Divinité et sont de petites manifestations de Sa puissance destructrice qui se fait reconnaître en partie sur les mondes - tout selon la nature de ceux-ci et la grandeur des taches - par de grandes ou de petites tempêtes. Toutefois, sur ces terres, l'Amour est d'autant plus actif et adoucit tout par l'eau de Sa compassion et, sur le soleil, par les flots de l'océan sans fin de Sa grâce. Vois : ainsi tout est remis dans l'ordre le plus parfait, et, hors de cet ordre, dans lequel Je suis l'Amour éternel Lui-même depuis l'éternité des éternités et par lequel fut fait tout ce qui existe, rien ne peut se former ou prendre naissance. Celui qui sort de cet ordre pour suivre sa liberté agit contre l'Amour et contre la Vie, - et périra à jamais.

[MDD 1.6.3] Tourne ensuite ton regard vers la renaissance de l'esprit, vers le peuple de Dieu, vers la loi de l'amour, vers la vie de la liberté dans la lumière de la grâce, laquelle émane des eaux de la compassion, et le soleil planera, dévoilé de ses mystères, devant tes yeux ; et pas un seul de ses recoins ne te restera caché.

[MDD 1.6.11] Finalement, il sera pareil aux étoiles filantes qui sont rejetées et répudiées par la grâce - à cause de leur nullité - et consumées, par suite du rapt de la grâce. Car la lumière dérobée les anéantira éternellement, et elles cesseront d'exister, tout comme les fruits des arbres qui bourgeonnent prématurément avant que l'amour ne les ait affermis ; ils n'ont alors aucune consistance, parce que trop peu rattachés à l'amour ; aussi deviennent-ils de plus en plus faibles et tombent sur le sol, où ils sont foulés et détruits.

[MDD 1.6.13] L'esprit de l'amour et de la grâce se trouve en vous et en toute sagesse. Celui qui s'ouvre à lui sera capable de tout sonder dans la profondeur des profondeurs. Il questionnera les morts, et ceux-ci lui répondront ; il verra à travers les vivants, et leur amour le rafraîchira et leur lumière le ravira ; il posera son oreille sur la terre, et l'herbe lui racontera les mystères de l'amour, le sol lui révélera ses profondeurs, les montagnes écouteront sa voix... et le son de sa parole pénétrera la moelle de la terre. Lorsqu'il regardera la mer, le rayonnement de ses yeux passera à travers chaque goutte et chaque grain de sable ; et les esprits qui sont encore à l'intérieur de celle-ci et attendent le jugement afflueront à la lumière de ses yeux, tout comme les poissons et toutes sortes de vers des mers apparaissent devant une torche tenue la nuit à la surface des eaux ; et ils se laisseront prendre, afin d'être libérés de leur emprisonnement dans la nuit éternelle. Ils reconnaîtront l'amour, leur soif sera apaisée par les eaux de la compassion et ils s'élèveront de la faiblesse à la force, par la puissance de l'Amour du Père et de la Parole, Laquelle est l'Amour dans le Père, et de l'Esprit, Lequel est la puissance en tous deux.

[MDD 1.6.14] Vois : Mon Esprit vous enseignera tout cela et beaucoup d'autres choses encore, si vous écoutez Sa voix ! Cette voix n'est pas forte, mais très douce au contraire, et c'est justement pour cette raison qu'elle pénètre tout, comme la chaleur de l'amour, la lumière de la grâce et la force de l'Amour miséricordieux de votre Père saint.

[MDD 1.7.1] Vois : maintenant, Je vais vous montrer la création organique du commencement à la fin, - de la plus petite créature à la plus grande, - telle que Je l'ai faite à travers Mon amour, Ma sagesse et l'ordre éternel qui en découle, ce qui veut dire selon la Parole de la puissance et de la force éternelles qui se trouvent dans la Divinité. Et vois, il n'existe rien de grand ou de petit qui n'ait été créé par Elle dans tous les espaces de l'infini.

[MDD 1.7.2] Vois : la terre existait donc, ainsi que la lune, le soleil et les étoiles ; mais la terre était encore nue, et sa surface semblable à celle des mers. D'épais nuages reposaient au-dessus des eaux et s'étendaient jusqu'au plus profond des espaces morts des mondes, et la lumière du soleil ne pouvait pas éclairer la goutte de la compassion dont la vapeur enveloppait la lune ; et ce ne fut que dans cette vapeur que la naissance de la terre fut réellement achevée et que la lune obtint sa nourriture. Le soleil reposait au-dessus d'elles, sa lumière rayonnant de la chaleur de l'Amour de Dieu, comme une mère-poule sur ses poussins, et faisait mûrir la terre et se séparer la lune du sein de sa mère.

[MDD 1.7.3] Alors, la grande nuée se divisa et se répartit sur le calme des pôles ; la ceinture de la terre devint libre, le soleil se vit dans les eaux, et la terre refléta avec reconnaissance la lumière reçue dans le large giron du soleil et vit, les yeux grand-ouverts, la lune se baigner dans les écoulements de la grâce de l'Amour éternel provenant du soleil.

[MDD 1.7.4] Vois et écoute encore : la terre ressentait du bien-être, car elle était remplie par l'amour de la compassion et voyait sa préférée, la lune, tourner allègrement autour d'elle. L'Amour gonfla son ample poitrine avec le souffle de la compassion comme si, une fois encore, Il voulait donner à l'enfant son sein empli du lait de la grâce ; mais vois, le lait se coagula par la chaleur de l'Amour saturé de compassion et devint terre ferme qui s'éleva au-dessus des océans. Alors, les océans redescendirent dans les profondeurs, - semblables à l'eau qui se forme lors de la coagulation du lait - afin d'adoucir la colère qui s'y trouvait par la force et la puissance de la grâce provenant de la compassion de l'Amour de Dieu.

[MDD 1.7.6] Alors, sur la terre ferme, germèrent des herbes, des plantes, des buissons et des arbres les plus différents ; les mers, les lacs, les fleuves, les rivières, les ruisseaux et les sources fourmilleront de vers de toutes sortes, de poissons et d'animaux de toutes espèces, et l'air fut animé d'oiseaux les plus variés. Le nombre de chaque espèce, aussi bien dans les eaux que sur la terre et dans les airs, était semblable au nombre de l'être humain, lequel fut créé conformément à ce nombre; il était semblable au nombre de la grâce de l'Amour et semblable au nombre de la délivrance future et de la nouvelle vie qui en découlera.

[MDD 1.7.10] Vois : l'Amour éternel encore invisible aux yeux aveugles de son âme souffla sur lui, et il s'endormit pour la première fois dans le bien-être de l'amour miséricordieux. Et celui-ci forma dans le cœur d'Adam, comme dans un doux rêve, une forme semblable à lui, d'un grand charme et d'une non moins grande beauté.

[MDD 1.7.11] Et l'Amour éternel vit qu'Adam ressentit une grande joie à la vision intérieure de son deuxième moi. Alors, l'Amour miséricordieux le toucha au côté, et il lui fut donné un cœur semblable à celui de la Divinité, afin qu'il pût accueillir l'amour et la Vie émanant de l'Amour de Dieu ; par ce moyen, l'Amour miséricordieux lui ôta l'amour de soi pour Se préparer à Lui Même un lieu d'habitation selon la loi future de la grâce miséricordieuse et plaça l'amour de soi - qui plaisait beaucoup à Adam - à l'extérieur de son corps physique et le nomma "Caïva" ou, ainsi que vous êtes déjà habitués à le dire : "Eve", ce qui signifie la préparation à la libération de l'égoïsme et à la renaissance qui en découle.

[MDD 1.7.14] L'Amour éternel parla à nouveau : "Regarde ton aide !" Et Eve répondit : "Vois Seigneur, la servante se tient obéissante aux pieds de Ton fils et attend ses ordres !"

[MDD 1.7.15] Et vois : l'Amour miséricordieux trouva un grand contentement aux œuvres de Sa puissance et de Sa force qui s'étaient réalisées par la grâce de Sa compassion ; Il leur parla encore et les instruisit de tout ce qu'ils devaient savoir et leur apprit à connaître, à nommer et à utiliser toutes choses. Dès qu'ils purent tout comprendre, tout connaître et tout utiliser, l'Amour miséricordieux leur dit encore : "Voyez à présent ! Vous avez tout appris, connaissez tout et pouvez faire usage de tout, à l'exception d'une seule chose ; cette chose, Je vais vous l'apprendre maintenant, et Je vais mettre en vous le pouvoir de la procréation et de la reproduction de vos semblables. Mais vous n'en ferez usage que lorsque Je reviendrai et vous trouverai vêtus des habits de l'obéissance, de l'humilité, de la fidélité et de la juste innocence. Mais malheur à vous si Je vous trouve nus ! Je vous répudierai, et la mort en sera la conséquence."

[MDD 1.8.1] Vois, l'Amour éternel Se dissimula la face et Se retira selon le nombre de l'ordre pour un temps déterminé, restant aveugle dans la profondeur de Sa compassion. Il ne voulait ni ne pouvait savoir ce que les nouvelles créatures feraient pendant la courte période où elles étaient placées sous le jugement de la Divinité - afin de les mettre à l'épreuve dans leur liberté sur terre - grâce à l'Amour de la compassion. Et le lieu qui leur fut donné comme habitation sur la terre était une vallée et un jardin, et s'appelait le Paradis, c'était le pays où, plus tard, coulèrent le lait et le miel ; c'était aussi le lieu qui, dans l'époque la plus importante de tous les temps, vit le plus grand des actes de l'Amour éternel, qui s'appela "Bethléem" et s'appellera ainsi éternellement ; ce fut le lieu où, pour la première fois, la Parole éternelle contempla dans la chair la lumière de Sa grâce sur la goutte de la compassion éclairée par le lointain soleil, la lune et toutes les étoiles.

[MDD 1.8.2] Vois : leur convoitise grandit, vu qu'ils étaient placés sous le jugement de la Divinité, Laquelle voulait les tenter dans Son courroux. Il y avait un arbre dans ce jardin qui portait des pommes de la plus belle espèce ; Eve en eut envie et dit à Adam : "Adam, j'ai très envie de ces fruits ! Si tu le veux, je vais en cueillir un, le goûter et te le donner ensuite comme premier cadeau de ma main !"

[MDD 1.8.7] Mais vois : la convoitise bannie du cœur d'Eve reposait maintenant sur terre ; par la puissance du courroux de la Divinité, elle prit la forme d'un grand serpent qui saisit le fruit de la mort dans sa gueule, rampa vers l'arbre, s'enroula autour du tronc et de toutes les branches des racines à la cime et dirigea son regard glacé sur Eve. Eve s'en aperçut et regarda le serpent ; Adam le remarqua également à travers Eve, mais il ne voyait pas encore le serpent.

[MDD 1.8.8] Vois, Eve s'approcha du serpent et considéra avec concupiscence ses séduisants anneaux autour de l'arbre et les couleurs chatoyantes de sa froide carapace écailleuse.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Bureau Mentions légales