Help

jakob-lorber.cc

10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 Résultats 260 - 280 de 13385

[MDD 1.40.39] Alors, je me cachai et pleurai d'amères larmes de repentir ; et l'Amour ne méprisa pas mes larmes, et les pleurs d'Eve lui furent agréables. O enfants, écoutez bien : l'Amour répara tout ! - Je péchai à nouveau le jour du sabbat et pleurai bruyamment sur mon infamie. Voyez : l'Amour m'envoya un ange et me fit conduire hors du jardin de la tentation dans un pays que Seth connaît encore fort bien et où j'ai eu l'occasion de m'améliorer, un pays de l'affliction, mais aussi de la joie. Plus lard, lorsque j'eus ôté la malédiction de la tête de Caïn qui avait été corrompu par l'aiguillon de la mort, vu qu'il est né du suc de la pomme qui fut souillé par la bave du ver de la mort, alors l'Amour du Seigneur me donna mon bien-aimé Abel-Seth, et il y a maintenant cent ans, le nouvel ange de l'Amour éternel du Seigneur nous conduisit ici, au pays de la connaissance de Dieu et de Son éternelle vérité, là où Abel planta son épée et cueillit les baies rouges et blanches du buisson !

[MDD 1.40.40] Maintenant, mes enfants, considérez l'immense amour de Dieu, tout ce qu'il a fait pour moi et pour vous, et tout ce qu'Il fait encore et fera éternellement ! C'est pourquoi, réjouissez-vous lorsque l'éternel Amour se rend également auprès des enfants de Caïn ; toutefois, que personne parmi vous ne s'avise d'aller chez eux sans la formelle permission du Seigneur, car la terre de ce pays-là est constituée par les excréments des vers ! C’est la raison pour laquelle il ne faut pas que quelqu'un s'avise de se rendre là-bas sans avoir été auparavant béni par le Seigneur. Car, à présent, tout le mal se trouve dans les femmes des profondeurs ; par conséquent, ne vous souillez pas avec elles ! Amen."

[MDD 1.41.5] C'est pourquoi : louez le Seigneur, car Il est en toute sainteté l'amour le plus grand qui soit et la sagesse même ; et rendez-vous compte que l'être humain ne peut rien donner à ses semblables en dehors de ce qu'il a reçu auparavant de l'amour du Seigneur qui est l'unique Donateur de tout bien ! Si vous avez jamais obtenu quoi que ce soit qui fût bien de ma part, ce n'est pas moi qui vous l'ai donné, mais le ciel, et vous reconnaîtrez facilement d'où jaillit sans cesse la lumière de toutes les lumières ; car le grand et saint Donateur ne se trouve jamais très éloigné des dons qu'Il nous accorde. Par conséquent, cherchez-Le et vous Le trouverez facilement ; alors, la compréhension de la grâce ne vous fera pas défaut !

[MDD 1.41.10] C'est pourquoi, ô pères, nos racines se trouvent en Dieu ; laissons-les se répandre dans toutes les parties de notre être ; et ce que je ressens me fait savoir clairement et avec force qu'il nous sera encore révélé bien de grandes choses provenant de la mer de grâce de l'Amour éternel, lesquelles seront encore plus élevées, plus profondes et plus sublimes que ce qu'Adam nous a raconté. Nous sommes nés d'Adam et d'Eve ; c'est pourquoi notre être est très charnel et possède peu d'intelligence du cœur. Et lorsqu'un jour les humains pourront naître du pur amour de Dieu, notre compréhension spirituelle leur semblera bien médiocre."

[MDD 1.41.12] Ecoute, père : ce qu'il ressent est vrai, car tout son être s'exprime dans l'amour le plus pur et la plus grande humilité ; c'est pourquoi, il faut qu'il devienne l'enseignant principal de tous nos frères et de nos enfants dans la sagesse secrète de l'amour éternel. Bien que, par pure grâce, le Seigneur donne à tous l'amour et l'intelligence du cœur qui proviennent de Lui-même, il n'en est pas moins vrai que chacun ne porte pas le même fardeau : l'un a plus de force dans ses pieds, l'autre dans ses mains, et le troisième dans sa poitrine, un autre encore dans ses reins ou ses viscères, et qui dans ceci et qui dans cela. De même, chacun a un visage humain, mais un n'en voit jamais deux qui soient parfaitement semblables. Et voici ce que je veux dire : Hénoc a une grande puissance et une remarquable force dans son cœur, et il est le seul qui possède de telles qualités ; car on ne peut obtenir l'amour comme on veut, mais seulement pour autant que le Seigneur nous en fait don. Certes, Il a donné l'amour à chacun, mais tous ne ressentent pas cet amour de la même façon ; il en résulte que la compréhension des choses spirituelles doit forcément être différente, afin qu'un frère soit nécessaire à l'autre, ce qui a pour conséquence que tout ce que Dieu a fait naître si sagement inégal devienne ainsi parfaitement compensé.

[MDD 1.41.14] Voyez : dès que le pieux Hénoc eut entendu ce discours plein de dignité et d'élévation, il demanda aux deux pères : "Convient-il bien à un faible enfant de prêcher ses connaissances à ceux dont il a encore beaucoup à apprendre?"

[MDD 1.41.15] Seth et Enosch répliquèrent : "Cher Hénoc, ne sais-tu donc pas ce qu'Adam nous a si souvent enseigné ?! Les pères ont seulement été l'instrument qui a servi à engendrer des corps qui sont des demeures pour leurs enfants, c'est-à-dire pour nos plus jeunes frères - ceci avec la bénédiction du Seigneur ; mais vu que nous sommes procréateurs des corps, et non pas de l'amour, lequel est un esprit vivant qui provient de l'Amour de Dieu, nous ne sommes dans l'amour rien d'autre que des frères et sœurs les uns envers les autres ; par conséquent, nous sommes d'autant plus les enfants d'un seul et même Père très saint qui habite dans les plus hauts cieux, là où se trouve la demeure éternelle de la sainteté de Dieu, Lequel est notre Père à tous. C'est pourquoi, continue de prêcher, incité par ton amour, et sois assuré que, par la grâce de Dieu, nous serons capables de distinguer le langage du frère et celui de l'enfant. Car si quelqu'un prêche l'amour, il parle en tant que frère à travers le cœur de l'Amour éternel, et ses paroles seront semblables au soleil levant dont la lumière chasse par sa chaleur les brouillards qui montent des obscurs sillons de la terre. Mais l'enseignement de celui qui ne prêcherait que poussé par la sagesse qui lui fut prêtée serait semblable à la lumière du soleil de midi : cette lumière ne réchauffe pas, mais brûle insupportablement, et on fuit volontiers ses rayons trop denses que l'on craint, pour se réfugier sous des ombrages bienfaisants !

[MDD 1.41.17] Hénoc répondit : "Pères bien-aimés, s'il en est ainsi - comme ma voix intérieure qui vient de Dieu me le dit - alors vous avez discouru très justement ; mais vous avez oublié une chose de la plus haute importance : chacun peut bien parler et agir pour la gloire de Dieu selon sa volonté, comme il le veut et quand il le veut. Mais seul peut prêcher en son nom celui qui est appelé d'En-haut. En ce qui me concerne, c'est vous qui m'avez demandé de le faire, et je n'ai encore pas reçu d'ordre d'En-haut ; c'est pourquoi je ne prêcherai que devant vous. Lorsque cela me sera également ordonné d'En-haut, alors là seulement, je pourrai enseigner à tous mes frères la toute-puissance du nom de l'Amour éternel. En ce qui concerne la juste manière de louer le grand nom de Dieu, vous savez de toute façon, mes chers pères, quelles prières et louanges sont les plus agréables au Seigneur ; vous n'ignorez pas que ni les paroles, ni les gestes, ni les cérémonies, ni les pensées n'ont de valeur, et que seuls l'amour et l'obéissance sont pour Lui le sacrifice le plus agréable que nous autres humains pouvons Lui présenter ! - Lui, notre Dieu et Père à tous, sait exactement ce qu'Il veut de nous ; c'est pourquoi, qu'il soit toujours fait selon Sa sainte volonté ! Amen."

[MDD 1.41.26] Voyez, chers pères, et comprenez bien mes paroles ! Portez toute votre attention à ce que va dire encore le Seigneur : "Ecoutez, vous autres enfants de Ma compassion ! Ma grâce est un grand trésor, et la terre ne possède rien qui lui ressemble. Ma grâce est une juste lumière qui émane de la hauteur de Ma sainteté, aussi bien que Mon amour est un juste repas de Vie. Qui n'a pas reçu Ma grâce ne peut pas croire que je suis Celui de qui jaillit éternellement toute Vie ; et qui n'a pas la foi est semblable aux animaux et sera jugé dans tous ses actes. Mais si quelqu'un voulait Me reconnaître dans son amour, alors le fleuve de la grâce se déverserait sur lui, et un tel être aurait déjà droit par avance à ce qui, plus tard, dans le grand temps des temps, adviendra à ceux qui seront de bonne volonté.

[MDD 1.42.1] Après que Seth eut fait cette brève et peu chaleureuse remarque à ses compagnons, Kénan, Mahalaleel et Jéred se joignirent à eux et les saluèrent avec beaucoup d'affection ; ils Me remercièrent de la grâce qui leur était accordée de les revoir, et Seth les bénit tous en Mon nom, afin qu'ils puissent parler devant la face de Mon Amour et devant la sienne, lui le deuxième ancêtre de la lignée hautement bénie après Adam, lignée que Je terminai Moi-même corporellement dans le grand temps des temps.

[MDD 1.42.2] Lorsque ces trois furent bénis, Kénan le premier prit la parole et dit : "Chers pères et chers enfants, écoutez bien ce que je vais vous dire, car je veux vous relater fidèlement tout ce que j'ai vécu lors d'une vision nocturne. Cette vision me montra dix colonnes qui s'élevaient au-dessus de grandes eaux qui les frappaient souvent avec violence. Sur la première colonne se tenait Adam, qui parlait aux flots : "Ecoutez, enfants de Dieu ! Le Seigneur Sabaoth, le puissant, le grand et très saint Père de tous les enfants que j'ai engendrés, est l'unique Dieu qui soit ! De même qu'Il m'a créé unique humain de la terre, Il est depuis des éternités le seul Dieu, et, en dehors de lui, il n'y en a pas d'autre ; car d'éternité en éternité, l'infini est entièrement rempli de Sa gloire, de Sa sainteté et de Son amour. C'est pourquoi vous, les flots, croyez que le Seigneur est le seul et unique Dieu, grand, éternel, tout-puissant, saint, juste, plein de sagesse et d'amour, de grâce et de miséricorde, de bonté et de sublimité, et de ce fait notre Père à tous. Par conséquent, soyez calmes, vagues agitées, et devenez claires, afin que la lumière de ce Dieu unique puisse luire à travers vous jusqu'au tréfonds de votre vie ! Amen !"

[MDD 1.42.4] Ecoutez encore, vous pères et enfants aimés, ce que j'ai vu de merveilleux dans ma vision nocturne, à vrai dire non pas avec mes yeux charnels, mais avec ceux de l'esprit !

[MDD 1.42.7] Ecoutez encore, vous pères chéris, et vous aussi, enfants obéissants ! Voici ce que je vis non loin de la colonne de Seth entourée de vagues brillantes ! J'en vis une troisième qui se dressait, plus sublime que toutes les autres, comme baignée par une lumière rougeâtre ; toutes les vagues qui se mouvaient de plus en plus impétueusement autour des autres colonnes étaient calmes ici, et, de leurs sillons frémissants, s'élevait un chant de louanges passionné, pénétré de vénération et d'amour envers le Seigneur et le Père saint et éternel.

[MDD 1.42.10] Ecoutez encore, vous, pères chéris, et vous, enfants obéissants, tout ce que je vais vous rapporter fidèlement et avec exactitude !

[MDD 1.42.12] Alors que, le cœur meurtri, je contemplais encore cette scène pendant quelques instants, une violente tempête se leva soudainement, et la tourmente hurla au-dessus des têtes écumantes des vagues énormes. Et voyez, la puissante tempête qui était partie de la colonne ne dura pas longtemps, et la bataille des flots tumultueux déchaînée par la puissance de l'ouragan vengeur s'apaisa en un calme béni ; seul, de temps à autre, le rare et doux murmure des sillons qui rayaient la surface de ces grandes eaux et s'aplanissaient docilement jusqu'à s'effacer tout à fait interrompait de façon plutôt agréable les effluves lumineux s'écoulant de la bouche divine. Dès que le puissant amour du Père éternel et saint eut rétabli le calme béni par des moyens si étonnants, un son des plus exquis commença à jaillir de ma bouche. Et voyez, ce son retentit comme une parole divine s'écoulant du cœur aimant du Père éternel et saint et venant des plus grandes hauteurs, là où se trouve l'éternelle lumière de toutes les lumières qui éclairent les sphères lumineuses et infinies, - et se déversa en de larges fleuves brillants qui se faisaient entendre de loin en se répandant sur la surface sans fin et attentive des grandes eaux ; comme on me l'a montré, je vous transmets fidèlement le sens des sons émis par une voix aussi divine. Et ce sens me fut donné d'une façon merveilleuse :

[MDD 1.42.15] Toutefois, les flots tranquilles et obéissants pourront bientôt, par Ma miséricorde, reprendre ici-bas et pour l'éternité leurs ondoiements dans la lumière de l'amour éternel du Père très saint, avec leurs flots vifs et joyeux qui coulent vers les mers de la Vie éternelle.

[MDD 1.42.17] Ecoutez encore le récit de tous les miracles de l'amour divin que je vis en esprit et à mon grand étonnement, comme si ces choses rares avaient été placées réellement devant les yeux clairvoyants de mon corps charnel !

[MDD 1.42.18] Je me trouvais encore debout sur la quatrième colonne lumineuse et regardais un peu en avant, en direction de la cinquième ; et voyez ma surprise à la vue du nouveau prodige de l'amour divin du Père saint et éternel!

[MDD 1.42.38] Sachez-le bien, très chers pères, et vous aussi, enfants qui nous aimez : tout ce que je vous ai raconté correspond véritablement à ce que j'ai vu et entendu.

[MDD 1.42.39] Puisque vous m'avez docilement écouté dans votre cœur jusqu'à maintenant, laissez encore votre Kénan vous raconter d'autres merveilles nocturnes de l'amour divin et de la grâce rayonnante du Père saint et éternel :

10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 Bureau Mentions légales