Help

jakob-lorber.cc

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Résultats 20 - 40 de 13385

[MDD 1.5.35] Ecoute : il faut que tu voies encore plus loin, c'est-à-dire comment et pourquoi J'ai tout ordonné de cette façon ! Vois : la lune a des taches et beaucoup de lieux sombres, et la terre a des pôles froids, mais fermes, de hautes montagnes, de basses vallées, des sources, des ruisseaux, des rivières, des fleuves, des lacs, des mers grandes et petites. Tout cela est l'effet de l'Amour et de la grâce, ou, si tu veux, de la chaleur et de la lumière qui leur sont inhérentes, et qui proviennent de l'Amour éternel et de la puissance de la Divinité à travers Lui. C'est pourquoi, vois comme les faibles et la lune se ressemblent, et son être s'ouvrira à toi ; considère tous les forts selon leurs actes, et la terre te sera révélée ; et, d'un pôle à l'autre, la puissante paix de l'esprit doit se rencontrer dans l'amour de l'Amour, afin que tout ce qui entoure l'esprit évolue dans un ordre constant en vue d'atteindre le but commun d'une existence éternelle. Car vois : tout dépend de la paix ; sans elle, rien ne peut être atteint. Et qui n'est pas traversé de haut en bas par la paix - à l'instar de la terre traversée par son axe - ne pénétrera jamais au plus profond de lui-même. Et votre amour doit être froid comme la glace des pôles, afin que vous soyez capables de recueillir toute la chaleur de l'amour divin. Car vois : ce qui est chaud n'est pas propre à recevoir la chaleur en abondance et à la laisser s'écouler dans tout ce qui touche à la Vie. Vois : qui accueille la chaleur en lui, laquelle est l'amour de Dieu, et la retient fermement sans la laisser se répandre, celui-là est un avare ; il sera désagrégé en lui-même et se détruira comme le feu détruit la glace. Mais qui l'accueille comme le font les pôles et la donne aussitôt à tous ceux qui l'entourent de près ou de loin est bien placé pour recevoir l'amour et est agréable à la volonté du saint Donateur.

[MDD 1.6.8] Vois : selon l'ordre que J'ai établi, la terre tourne régulièrement autour de la paix de ses pôles par la puissance de Mon amour, afin que chacune de ses faces soit éclairée ; de même, tous vos actes doivent provenir de cet amour, lequel vous fut donné dès l'origine et plus tard selon votre maturité par la Parole de l'Amour éternel au sein de la loi de la grâce et de la miséricorde. Autant la nuit rafraîchit-elle la terre, l'amour vous rafraîchira, et vous serez éclairés par la lumière de la grâce aussi bien que le jour éclaire la terre.

[MDD 1.6.13] L'esprit de l'amour et de la grâce se trouve en vous et en toute sagesse. Celui qui s'ouvre à lui sera capable de tout sonder dans la profondeur des profondeurs. Il questionnera les morts, et ceux-ci lui répondront ; il verra à travers les vivants, et leur amour le rafraîchira et leur lumière le ravira ; il posera son oreille sur la terre, et l'herbe lui racontera les mystères de l'amour, le sol lui révélera ses profondeurs, les montagnes écouteront sa voix... et le son de sa parole pénétrera la moelle de la terre. Lorsqu'il regardera la mer, le rayonnement de ses yeux passera à travers chaque goutte et chaque grain de sable ; et les esprits qui sont encore à l'intérieur de celle-ci et attendent le jugement afflueront à la lumière de ses yeux, tout comme les poissons et toutes sortes de vers des mers apparaissent devant une torche tenue la nuit à la surface des eaux ; et ils se laisseront prendre, afin d'être libérés de leur emprisonnement dans la nuit éternelle. Ils reconnaîtront l'amour, leur soif sera apaisée par les eaux de la compassion et ils s'élèveront de la faiblesse à la force, par la puissance de l'Amour du Père et de la Parole, Laquelle est l'Amour dans le Père, et de l'Esprit, Lequel est la puissance en tous deux.

[MDD 1.6.14] Vois : Mon Esprit vous enseignera tout cela et beaucoup d'autres choses encore, si vous écoutez Sa voix ! Cette voix n'est pas forte, mais très douce au contraire, et c'est justement pour cette raison qu'elle pénètre tout, comme la chaleur de l'amour, la lumière de la grâce et la force de l'Amour miséricordieux de votre Père saint.

[MDD 1.7.2] Vois : la terre existait donc, ainsi que la lune, le soleil et les étoiles ; mais la terre était encore nue, et sa surface semblable à celle des mers. D'épais nuages reposaient au-dessus des eaux et s'étendaient jusqu'au plus profond des espaces morts des mondes, et la lumière du soleil ne pouvait pas éclairer la goutte de la compassion dont la vapeur enveloppait la lune ; et ce ne fut que dans cette vapeur que la naissance de la terre fut réellement achevée et que la lune obtint sa nourriture. Le soleil reposait au-dessus d'elles, sa lumière rayonnant de la chaleur de l'Amour de Dieu, comme une mère-poule sur ses poussins, et faisait mûrir la terre et se séparer la lune du sein de sa mère.

[MDD 1.7.4] Vois et écoute encore : la terre ressentait du bien-être, car elle était remplie par l'amour de la compassion et voyait sa préférée, la lune, tourner allègrement autour d'elle. L'Amour gonfla son ample poitrine avec le souffle de la compassion comme si, une fois encore, Il voulait donner à l'enfant son sein empli du lait de la grâce ; mais vois, le lait se coagula par la chaleur de l'Amour saturé de compassion et devint terre ferme qui s'éleva au-dessus des océans. Alors, les océans redescendirent dans les profondeurs, - semblables à l'eau qui se forme lors de la coagulation du lait - afin d'adoucir la colère qui s'y trouvait par la force et la puissance de la grâce provenant de la compassion de l'Amour de Dieu.

[MDD 1.7.8] Et vois maintenant : ce premier humain de la terre, sorti des mains de la puissance et de la force de l'Amour éternel, fut nommé de la bouche de la grâce miséricordieuse "Adam", ce qui veut dire "fils de la compassion et de la grâce."

[MDD 1.7.10] Vois : l'Amour éternel encore invisible aux yeux aveugles de son âme souffla sur lui, et il s'endormit pour la première fois dans le bien-être de l'amour miséricordieux. Et celui-ci forma dans le cœur d'Adam, comme dans un doux rêve, une forme semblable à lui, d'un grand charme et d'une non moins grande beauté.

[MDD 1.7.11] Et l'Amour éternel vit qu'Adam ressentit une grande joie à la vision intérieure de son deuxième moi. Alors, l'Amour miséricordieux le toucha au côté, et il lui fut donné un cœur semblable à celui de la Divinité, afin qu'il pût accueillir l'amour et la Vie émanant de l'Amour de Dieu ; par ce moyen, l'Amour miséricordieux lui ôta l'amour de soi pour Se préparer à Lui Même un lieu d'habitation selon la loi future de la grâce miséricordieuse et plaça l'amour de soi - qui plaisait beaucoup à Adam - à l'extérieur de son corps physique et le nomma "Caïva" ou, ainsi que vous êtes déjà habitués à le dire : "Eve", ce qui signifie la préparation à la libération de l'égoïsme et à la renaissance qui en découle.

[MDD 1.7.12] Vois : l'Amour miséricordieux le toucha et le réveilla pour la contemplation de l'amour de lui-même placé maintenant hors de lui, et vit qu'Adam s'en réjouit grandement ; et l'amour placé hors de lui, qui s'appelait maintenant Eve, se délecta à la vue de l'être humain Adam, s'inclina vers lui et suivit chacun de ses mouvements.

[MDD 1.7.15] Et vois : l'Amour miséricordieux trouva un grand contentement aux œuvres de Sa puissance et de Sa force qui s'étaient réalisées par la grâce de Sa compassion ; Il leur parla encore et les instruisit de tout ce qu'ils devaient savoir et leur apprit à connaître, à nommer et à utiliser toutes choses. Dès qu'ils purent tout comprendre, tout connaître et tout utiliser, l'Amour miséricordieux leur dit encore : "Voyez à présent ! Vous avez tout appris, connaissez tout et pouvez faire usage de tout, à l'exception d'une seule chose ; cette chose, Je vais vous l'apprendre maintenant, et Je vais mettre en vous le pouvoir de la procréation et de la reproduction de vos semblables. Mais vous n'en ferez usage que lorsque Je reviendrai et vous trouverai vêtus des habits de l'obéissance, de l'humilité, de la fidélité et de la juste innocence. Mais malheur à vous si Je vous trouve nus ! Je vous répudierai, et la mort en sera la conséquence."

[MDD 1.8.5] "Eve, Eve, que fais-tu ? Vois, nous ne sommes pas encore bénis par le Seigneur de la puissance, de la force et de la Vie ! Regarde : tu tiens dans ta main le fruit de la mort ; rejette-le, afin que nous ne mourions pas dans la nudité devant le Seigneur de la justice !"

[MDD 1.8.7] Mais vois : la convoitise bannie du cœur d'Eve reposait maintenant sur terre ; par la puissance du courroux de la Divinité, elle prit la forme d'un grand serpent qui saisit le fruit de la mort dans sa gueule, rampa vers l'arbre, s'enroula autour du tronc et de toutes les branches des racines à la cime et dirigea son regard glacé sur Eve. Eve s'en aperçut et regarda le serpent ; Adam le remarqua également à travers Eve, mais il ne voyait pas encore le serpent.

[MDD 1.9.2] Et les larmes d'Adam furent conservées dans les entrailles de la terre et furent nommées et se nomment encore "Thummim", ou pierres qui reflètent symboliquement la lumière des sept esprits de Dieu ; elles s'affermirent sous l'effet de la lumière de la grâce qui émane de la chaleur de l'Amour, immortalisant ainsi le juste repentir d'Adam à travers les âges elles furent dispersées sur toute la terre en signe consolateur de la renaissance future, laquelle - comme les larmes d'Adam - doit être à même de capter et de refléter la grande lumière provenant de la mer de grâce miséricordieuse de l'Amour éternel, et de résister aux plus fortes tentations du monde.

[MDD 1.9.4] L'Amour éternel vit que chacune de ces larmes furent trouvées justes par Adam, le fils de l'Amour miséricordieux ; et la chaleur de l'Amour éternel consolida ces pleurs en de petits cailloux, et leur nom fut "Urim", en signe symbolique de la juste affliction d'Eve. Vois : une larme tomba sur le buisson d'épines la protégeant ; cette larme était celle de l'innocence perdue, et elle colora la fleur blanche du buisson ; alors, ses fleurs devinrent rouges en signe de l'innocence perdue d'Eve. Vois, les humains connaissent bien toute la végétation de la terre -, mais ils ignorent sa véritable signification en esprit et en vérité, et ils l'ignoreront jusqu'au jour de leur renaissance - qu'ils doivent tout d'abord s'approprier - laquelle est la compassion de l'Amour éternel se manifestant dans la grâce de la délivrance.

[MDD 1.9.5] Voici encore un secret qui doit être révélé à cause du coupable orgueil des enfants du monde ! Vois : deux fleurs du buisson furent fécondées par les justes larmes d'Eve après la perte de son innocence ; elles gardèrent fidèlement en elles la bénédiction de l'Amour éternel à travers toutes les attaques des temps lors des grandes guerres de Jéhovah avec les peuples de la terre. A l'époque où la grâce abonda d'En-Haut, elles firent entrer la vie dans la femme d'Abraham* en signe des grandes œuvres de l'Amour miséricordieux - et la firent également pénétrer dans la femme de Zacharie*( allusion à Sarah et à Elizabeth qui furent toutes deux fécondées à un âge très avancé) pour l'accomplissement véritable du plus grand de tous les actes de l'Amour miséricordieux du Dieu éternel.

[MDD 1.9.8] Et les flammes de colère du Dieu infini roulèrent de façon terrifiante à travers tous les espaces sans fin jusque sur la terre, où demeurait maintenant le grand Amour auprès de Ses enfants déchus et repentants, lesquels avaient été créés par Sa grâce miséricordieuse.

[MDD 1.9.9] Vois : il y eut alors un combat acharné entre l'Amour éternel miséricordieux touché une fois de plus par le repentir et l'affliction de Ses créatures et la Divinité courroucée voulant tout détruire pour la réparation de Son incorruptible sainteté.

[MDD 1.9.12] Vois et entends - yeux et oreilles grand ouverts - ce que dit la colère furieuse de la Divinité ! Toutefois, personne ne comprit Son langage, sinon l'Amour éternel qui, au moment de l'explosion de Son courroux protégea le couple nouvellement créé et repentant sur la terre hurlante. Il empêcha les grandes flammes de la fureur de s'abattre sur le lieu du repentir d'Adam et de l'affliction d'Eve, grâce à la puissance et à la force de Sa Miséricorde.

[MDD 1.9.15] Vois : les liens des créations se desserrèrent dans tous les espaces infinis de Dieu. Et les ruines s'abattirent à travers ceux-ci dans de grands craquements, des grondements, des gémissements, des hurlements, des sifflements et des rugissements qui retentirent jusque dans la profondeur des profondeurs de l'anéantissement ; et là se trouvait la terre qui reposait, détruite, dans le vaste giron de l'Amour miséricordieux.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Bureau Mentions légales