Help

jakob-lorber.cc

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Résultats 100 - 120 de 13385

[MDD 1.18.6] Alors, le sabbat du Seigneur arriva, et avec lui le temps du sacrifice. Caïn prit dix gerbes sans graines, par indolence coléreuse à cause de la grande chaleur ; car, pour lui, les gerbes pleines étaient trop lourdes à porter jusqu'à l'autel du sacrifice, et il regrettait d'avoir à brûler ce blé pour rien, alors qu'il aurait pu en faire trois fois du pain pour lui. Avec un sentiment de colère, il posa la gerbe de paille sur l'autel et y mit feu. Mais vois : la fumée ne monta pas vers le ciel ; elle retomba sur la terre et Caïn fut encore plus en colère dans son cœur.

[MDD 1.18.12] A toi soient puissance et force sur tout ce qui existe sur terre ; Toi seul es digne de recevoir de nous louanges, honneurs et gloire, nous qui, par Ton immense grâce miséricordieuse, pouvons nous dire Tes enfants bénis, amen."

[MDD 1.19.1] Vois, et écoute encore ! - Les deux foyers de sacrifice d'Abel et de Caïn n'étaient pas plus éloignés l'un de l'autre que de sept fois dix pas ; celui d'Abel était tourné vers le levant et celui de Caïn vers le couchant.

[MDD 1.19.14] Et vois, cela lui déplut que le Seigneur ne te détruise pas immédiatement. Regarde-le donc prier, cherchant par cette ruse à persuader le Seigneur de porter à exécution ce qu'Il a encore omis de faire par charité.

[MDD 1.19.16] Pour cette raison, il faut que tu te décides maintenant ; c'est la dernière fois que je suis encore à même de te pourvoir de la force nécessaire pour vous sauver, Dieu et toi ! Va vite auprès d'Abel et parle-lui aimablement, afin qu'il te suive docilement jusqu'ici ! Alors, je veux le saisir fermement par les pieds et les mains ; toi, tu prendras une pierre et le frapperas fortement sur la tête, lui donnant de cette façon la mort dont il t'a menacé par la bouche de Jéhovah ! Ainsi, tu te libéreras d'une mort certaine et ouvriras les yeux de l'Amour aveugle du Dieu trompé, lequel t'établira comme Seigneur de la terre et te soumettra la mort qui découle du péché."

[MDD 1.19.18] Abel lui répliqua : "Ce que tu crains est déjà arrivé ; et ce que tu exiges de moi dans ta corruption, je vais le faire par amour pour toi. Mais la mort que tu projettes de me donner descendra sur toi-même ; et mon sang, avec lequel tu abreuveras la terre, criera vers Dieu et rejaillira sur ta tête et sur tous tes enfants ; la pierre avec laquelle tu frapperas ton frère deviendra la pierre du scandale et tous tes enfants se briseront contre elle ; le Serpent corrompra tout le sang de la terre, et les enfants de la bénédiction crieront vengeance sur ton sang ; une grande obscurité vous envahira tous et personne ne comprendra plus la voix de son frère, comme, tu ne comprends déjà plus la mienne, car tu t'es laissé aveugler par ta propre méchanceté à travers la forme du serpent qui est en toi et hors de toi, lequel était, est, et sera éternellement la véritable malédiction du juste jugement de Dieu.

[MDD 1.20.2] Vois : le méchant Caïn s'enfuit dans sa cabane où il trouva sa femme allongée sur le sol, tremblante, et plusieurs de ses enfants, la plupart non bénis, couchés comme morts auprès d'elle. Il frissonna de tout son corps, maudit le serpent, puis sortit de sa demeure alors, il buta sur la pierre que le serpent en fuite avait déposée là et tomba violemment sur le sol en maudissant plusieurs fois la méchanceté du serpent et la pierre qui apporte la mort.

[MDD 1.20.3] Dès qu'il se fut relevé, le corps endolori, il alla jusqu'à la rive du fleuve tout proche pour rechercher le serpent maudit et le détruire totalement.

[MDD 1.20.4] Mais vois, lorsqu'il arriva, il vit un horrible monstre long de six cent soixante-six aunes, large de sept aunes et pourvu de dix têtes qui nageait vers lui en amont ; et il vit aussi que chaque tête avait dix cornes disposées en couronne.

[MDD 1.20.6] Autrefois, dans l'herbe, j'étais encore faible et tu pus me détruire et consommer ma chair et mon sang ; toutefois, maintenant, une telle chose ne devrait plus te réussir, car la bonne nourriture que tu m'as préparée avec le sang de ton frère m'a rendu grand et fort. A présent, si tu désires encore me détruire, commence par assouvir ta vengeance avec mon sang. Vu que tu n'as que dix doigts et non pas dix mains, tu ne peux pas saisir toutes mes têtes à la fois, et les huit têtes restantes te détruiront avec leurs cornes et te dévoreront avec leurs huit gueules !"

[MDD 1.20.7] Caïn fut pris de terreur et s'enfuit de devant la face du serpent, le maudissant une fois de plus : il vit combien il avait été trompé et pensa : "Qui me réconciliera maintenant avec le Dieu éternellement juste puisque mon frère Abel n'est plus ?! O toi, serpent triplement maudit, c'est toi le meurtrier de mon frère, et tu voudrais encore être le mien ! Oh, si je savais que tu périsses en périssant moi-même, je choisirais de mourir sept fois pour venger sa mort !"

[MDD 1.20.10] Si je ne t'avais pas vu avec tes dix têtes, je serais également devenu ton esclave ; mais maintenant que je te connais bien, je te déteste encore plus sous cette apparence que sous la précédente."

[MDD 1.20.11] La belle jeune fille dit encore : "Mais, Caïn, comment peux-tu craindre mes membres si délicats et ma tendre poitrine ?"

[MDD 1.20.15] Comment peux-tu maudire maintenant le serpent que tu es pourtant toi-même et considérer finalement ton propre frère comme le serpent personnifié ? Et ce frère ne te disait-il pas, lorsqu'il vivait encore corporellement, que tu le soupçonnais d'être lui aussi fratricide - alors que tu allais le chercher pour le faire mourir, prétextant dans ta grande malignité qu'il pourrait te délivrer du serpent ? !

[MDD 1.20.16] Réponds, et dis s'il n'en est pas ainsi ; en est-il autrement, alors maudis d'abord le serpent et ne me prends pas pour lui, moi qui viens d'En-haut pour t'aider en tant que frère transfiguré, mais prends-le pour toi-même ; tends-moi ta main encore souillée du sang de ton frère, afin qu'elle soit purifiée de sa grande faute par mon amour fraternel, et que tu puisses ensuite trouver grâce aux yeux du Seigneur."

[MDD 1.20.20] Alors, la voix de Jéhovah retentit plus puissamment encore : "Le sang de ton frère que tu as répandu sur la terre crie vers Moi ! J'ai vu ce que tu as fait ; où se trouve ton frère Abel ?"

[MDD 1.20.27] Caïn leva à nouveau les yeux vers les sommets des hautes montagnes et ne découvrit plus aucun visage d'homme ; alors, il ne sut pas ce qu'il devait faire. Après quelques instants, il étendit les bras et cria très fort : "Seigneur, Toi l'unique Juste, si à cette grande distance mon cri pénètre encore à ton oreille, par égard pour mes enfants et ma femme, aie la bonté de tourner Tes yeux par-dessus ces sommets vers le fugitif désigné à la sainteté de Ton regard qui a marqué mon front de la nuit du péché, afin que je ne sois pas reconnu le front libre à cause du crime qui est inscrit sur le front, les mains et la poitrine du grand pécheur dont la faute est trop grave pour qu'elle puisse jamais lui être pardonnée.

[MDD 1.21.1] Vois : Caïn fut rassuré dans sa grande crainte. Le nuage disparut et il pleura des larmes de repentir ; puis il s'en alla à la recherche de nourriture pour les siens. Ses réflexions lui montrèrent tout à fait clairement à quel point il s'était éloigné du Paradis et avait perdu l'amour du Seigneur ; maintenant, il se sentait poussé dans les bras de l'impitoyable justice, à deux doigts du jugement de Dieu. Et comme il pensait ainsi, ses larmes de repentir se multiplièrent, et il lui apparut toujours plus clairement combien sa faute envers Dieu était grande ; il se demanda même s'il lui était encore possible d'atteindre à la plus petite part de l'amour.

[MDD 1.21.3] Mais vois : Caïn conçut une juste pensée et dit aux siens : "O femme, et vous mes enfants, retirez vite vos mains trop impatientes de cette riche nourriture, car nous ne savons pas encore si elle donne la vie ou la mort ! C'est pourquoi, tombons d'abord à terre et reconnaissons devant Dieu notre grande faute ; prions-Le dans l'indignité de notre impuissance qu'Il ait la bonté de bénir tout d'abord ces fruits ; s'Il le fait peut-être dans Sa très grande compassion, alors nous Le remercierons en premier et ensuite seulement, nous pourrons, dans la plus grande crainte et en tremblant, nous en rassasier modérément.

[MDD 1.21.7] Alors, un nuage rougeoyant descendit de la montagne vers la plaine et se posa sur le buisson ; il en jaillit un violent éclair qui produisit un fort craquement. Et un grand serpent s'en échappa en sifflant et, la gueule ouverte, se dirigea vers Caïn qui en fut terrifié. Mais vois, les éclairs ne laissèrent aucun repos au reptile et le poussèrent rapidement dans le sable chaud du vaste désert ; dès qu'il eut disparu des yeux de Caïn, celui-ci tourna son visage vers le buisson et remercia Dieu en lui-même pour ce miséricordieux sauvetage du plus grand de tous les périls.

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Bureau Mentions légales